Correspondéncia d'un jorn d'octòbre

Parla d'un luòc que sia seu, d'un luòc que siá cultura
d'un luòc que siá poësia
a se fargar, a s'alargar, a se desgrunar
coma tantas grunas mirgalhadas
atrapadas a una grapa espelida
dins lo socam miegterranenc

Parlar d'una tèrra de poësia de mal bornar
d'un païsatge cambiadís, movedís, estranhe
aicí a la poncha de la pluma
endacòm dins las voses amigas de pel mond

Rescontre, acamp, aprendissatge, dapasset d'un dialòg
amb l'autre
d'una conoissença saborosa
d'una humanitat pròcha
de cops dolorosa
Camin de revòlta e de refús, de lucha e d'abandon
de jòia et de pèrda, de solesa sovent

Poësia d'òc en devenir, messatge de la cultura renegada
vibracion fonsa de la vida
de l'amor de la causa humana que non se pòt abocinar
facha de carn tamben e de votz e de sang
tras los mots surgenta de un mond organic e a paupas sasissable.

Paraulas de l'endedins
coma eissit d'una tina en plen rebolhiment
d'un bolh sauvatge puòi apasimat après transformacion
quand lo poèma raja fòrt
como lo vins a la canèla encara escur

Parla d'un luòc qu'existís pas sus la mapa
un luòc de pas enluòc
coma un fuòc avalit
dins la nuòch

Camin de velha e d'espèra
vida pasada a mastegar sens fin meteisses questions
meteisses imatges, meteisses mots
per entreveire benlèu un pauc de clartat.

Ablasigat, amalugat, escarteirat
esterlucat, estrambordat e mai folzejat
l'òme respelís dins un sol poèma
de quatre vèrses, de quatre mots
de quatre letras

Gestes adereng recomençats
encora pica lo còr
encare se desrevelha lo nenet
encara se prautís lo carrairon
e la rota s'inventa
la lenga se congrèa
la vida se ganha.

Aime cuan ven la lenta davalado dels jorns
m'assetar en silenci dins l'hostal cargat de sòmis
e espiar passar las nivols d'octòbre
entre teulats e fius electrics
en cèrca d'une tèrra que se trapa pas sus la mapa dels òmes

correspondance d'un jour d'octobre " de Jean-Paul Creissac

Parler d'un lieu à soi, d'un lieu de culture
d'un lieu de poésie
en gestation, s'étendant sans cesse, s'égrenant peu à peu
comme les grains multiples
d'une grappe issue
de ceps anciens de la Méditerranée

Parler d'une terre de poésie aux limites indéfinies
d'un paysage changeant, mouvant, étrange
là, au bout de la plume
d' un ailleurs sis dans les voix amies de par le monde

Rencontre, réunion, apprentissage patient d'un dialogue
avec l'autre
d'une connaissance savoureuse,
d'une humanité proche,
parfois douloureuse
chemin de révolte et de refus, de lutte et d'abandon
de joie et de perte, de solitude souvent.

Poésie d' Oc en devenir, message de la culture reniée
vibration profonde de la vie
de l'amour de la chose humaine que l'on ne peut désunir
faite aussi de chair et de voix et de sang
où derrière les mots surgit un monde organique à saisir à tâtons

Parole intérieure
comme issue d'une cuve en fermentation
d'un bouillonnement sauvage apaisé dans la métamorphose
quand le poème coule fort
encore trouble au douzil

Parler d'un lieu inexistant sur la carte
un lieu de nulle part
comme un feu qui s'évanouit
dans la nuit

Chemin de veille et d'attente
vie passée à ruminer sans fin les mêmes questions
les mêmes images, les mêmes mots
pour entrevoir peut-être un peu de clarté

Meurtri, brisé, écartelé
étourdi, enthousiaste autant que foudroyé
l'homme renait dans un seul poème
de quatre vers, de quatre mots
de quatre lettres

Gestes inlassablement recommencés
encore bât le coeur
encore s'éveille l'enfant
encore le pas sur le sentier
et la route s'invente
et la langue se féconde
la vie se gagne.

J'aime quand les jours peu à peu raccourcissent
m'asseoir en silence dans cette maison emplie de rêves
et voir passer les nuages d'octobre
entre les toits et les fils électriques
à la recherche d'une terre introuvable sur la carte des hommes.

in Caminant, Ballade en terre d'OC, florilège de la poésie occitane paru aux Editions Cardabelle
Edition bilingue Son recueil : Correspondéncia (Fédérop-Jorn, 1988, prix Jaufré Rudel 1989)