Quelle fraicheur dans ce poème ! Est-il plus belle façon d'appréhender l'Unité de l'univers : "este jardin oscuro del firmamento/ce jardin vert sombre du firmament" ? Sans oublier l'humour de l'assertion finale.

Pastor soy de estrellas, como si tuviera a mi cargo
apacentar todos los astros fijos y planetas.
Las estrellas en la noche son el símbolo
de los fuegos de amor encendidos en la tiniebla de mi mente.
Parece que soy el guarda de este jardín verde oscuro del firmamento,
cuyas altas yerbas están bordadas de narcisos.
Si Tolomeo viviera, reconocería que soy
el más docto de los hombres en espiar el curso de los astros.


Berger je suis d'étoiles, comme si j'étais chargé
de faire paître tous les astres fixes et les planètes.
Les étoiles dans la nuit sont le symbole
des feux d'amour allumés dans la brume de mon esprit.
On dirait que je suis le gardien de ce jardin vert sombre du firmament,
dont les hautes herbes sont bordées de narcisses.
Si Ptolémée était en vie, il reconnaîtrait que je suis
le plus savant des hommes qui épient le parcours des astres.


Trad. El duende.