Cendre et Braise

Accueil | Archives

Keyword - Saint-Guilhem le désert

Fil des billets

In situ...

La couronne d'épines...

Oeuvre de Javier Pérez, né en 1968 à Bilbao : artiste espagnol qui vit et travaille à Barcelone.
La couronne d'épine, symbole de la barbarie humaine et .... si proche de l'amour... posée tout contre la douceur ...

IN SITU 2014 "Patrimoine et art contemporain". Manifestation estivale portée par l’association Le Passe Muraille afin d'établir un dialogue entre l’architecture patrimoniale et l’art contemporain.Saint-Guilhem-le-désert...

L' olivette de Saint-Guilhem le Désert

18H en septembre

Ce soir-là la lumière rasante était magique. Elle sublimait la frondaison des oliviers déployée, généreuse, offerte aux rayons du couchant...

Lire la suite...

Sur les hauteurs de Saint-Guilhem ...

L'offrande au soleil...


Partout la roche, sculptée par le temps, simule des êtres fantastiques ou familiers.
Dans cet univers minéral dominant, espace privilégié du vent, la nature est en lutte perpétuelle.
Ces lieux agrestes, solitaires et silencieux, dégagent un charme infini, recentrent sur l'essentiel, et invitent à percevoir,
l'équilibre précaire du monde.
El duende

Lire la suite...

Le chant de la terre : douceur de Saint-Guilhem ...

IMG_9813.jpg

Vert, je t'aime vert... La marée verte... C'est le moment d'y aller lors d'une journée ensoleillée. Le soleil doit tout transfigurer. Se poser là. Là où tout est harmonie. Retrouver le chant de la terre ...


Des plumets soyeux, laiteux, oscillant sous la brise et sous les cades centenaires... Harmonie naturelle des diverses nuances de vert : El duende.

Le printemps de Saint-Guilhem-Le-Désert


A Saint-Guilhem, dans la coulée verte, la nature exulte... et rien de tel qu'une balade en solitaire pour en profiter pleinement...

IMG_9802__2_.jpg
Le cade au tronc incarnat, oublié... sauf dans les boutiques qu'il parfume ....

Lire la suite...

Saint-Guilhem-le-désert en son écrin ...

Comme un navire échoué...

Vu d'en haut, le village paraît, tel un vaisseau, dans sa coulée verte ...

Lire la suite...

Ces lieux qui nous fondent...

Il en est des lieux comme des rencontres.

Ce sont des lieux qui nous habitent et ce ne sont pas toujours les plus majestueux. Des lieux qui ont éveillé notre sensibilité, devenus sacrés avec le temps. On les reconnait d'emblée, logés qu'ils sont depuis toujours au fond de nous.

Lieux qui nous fondent en quelque sorte, comme des pierres luisant dans la pénombre et qui sommeillent en nous tout au long de la vie. Ils sont liés à des instants de la petite enfance empreints des joies intenses de la découverte, à des moments où l'on s'est senti miraculeusement exister.

Dans ma cosmogonie, il y a un village abandonné dans les Gorges d'Héric, le pech odorant du village de mon enfance, où j'allais avec mon amie, cueillir les trésors offerts : câpres et pignons. Il y a un jardin abandonné où poussait à foison la réglisse dans les herbes folles. Il y a surtout une vigne, à la limite du terroir de Saint-Chinian, morcelée, étagée, enclavée et qui recèle deux grands trésors : un figuier aux fruits bleu de nuit et une source cachée qui sourd dans un taillis sur un lit de mousse.

Il y la voute lumineuse du ciel méditerranéen des vendanges.

Mais aussi plus récemment deux lieux mythiques, empreints d'histoire : Maguelonne prise dans les bras de la mer et Saint Guilhem enchâssé dans son écrin de pierres vives. El duende

la faille colossale de Saint-Guilhem-le-désert

Au fond le cirque de l'infernet (petit enfer)

Le site impressionnant, berceau du village de Saint-Guilhem le Désert

Lire la suite...