Voici un poème de LI YÜ (937-978) LI YÜ a donné, au genre mineur du poème chanté, ses lettres de noblesse.

Sur l'air de "Hsi-ch'ien-ying"

Chute de lune au petit matin
Les lents nuages s'amenuisent
Muet
Seul l'oreiller
Façonne encore le rêve :
retour aux herbes parfumées
La pensée s'y noue, s'y dénoue
Le ciel est inaccessible
et rare le cri d'oie sauvage

Les loriots soudain s'éparpillent
Un reste de fleur tombe pêle-mêle
Salle colorée cour sombre :
quelqu'un est là ?
Ne balayez point les rouges pétales
qui voltigent qui s'entassent
gardez-les
pour celles qui dansent
si elles revenaient

LI YÜ in Entre source et nuage Voix de poète de la Chine d'hier et d'aujourd'hui par François Cheng de l'Académie française Editions Albin Michel 2005 (Col. Spiritualiés vivantes)