Certains osent dire que vous n'avez plus tous vos esprits. Il en a toujours été ainsi. On a toujours fait passer pour fous ceux qui se situaient à la marge, les empêcheurs de tourner en rond, ceux qui avaient le courage de ne pas accepter l'inacceptable.

Je vous parlerai de votre lumière, de cette graine que vous venez de planter et qui croît un peu partout en Europe et bientôt dans le monde, dans ce terreau propice où l'homme se sent laminé par la marche du monde, où chaque jour il recueille les preuves que décidément, ce monde ne tourne pas rond, qu'il a perdu la tête, qu'il se fourvoie dans des ornières le tirant vers le bas.

Il fallait que quelqu'un dise qu'il restait à l'homme une seule liberté, inaliénable, celle de dire non, de résister, celle de refuser le nouvel ordre mondial.

Et quel meilleur ambassadeur, quel meilleur vecteur qu'un homme engagé sans être un politicien, ayant connu d'autres temps fratricides, un homme actif ayant contribué à la rédaction de la déclaration des droits de l'homme, un politique au sens noble du terme, un honnête homme.

Quel meilleur passeur qu'un être qui médite en lisant de la poésie ? La poésie qui va au coeur des choses et qui est forcément révolutionnaire parce qu'elle se situe à la marge, qu'elle voit, qu'elle ouvre les yeux, amplifie et renouvelle le regard de ceux qui cherchent autre chose que l'apparence.

En vérité, Stéphane votre regard est neuf, juvénile. Vos mots sonnent juste. Ils arrivent au moment où une désespérance profonde envahit l'humanité tout entière. Vous dites aux hommes : rien n'est perdu, tout est en vous, il vous reste un espace de liberté, il vous reste votre force de vie, votre élan. Ne le laissez pas tomber en déshérence, unissez-vous pour dire votre révolte, pour agir. En un mot pour exister.

Désormais, la graine est semée et elle essaime. Plus rien ne sera comme avant et c'est la vertu de ce petit livre simple à la portée de tous, qui remet les pendules à l'heure, qui replace l'homme au centre face à la puissance de l'argent roi.

En vérité, Stéphane, vous avez compris la force des mots qui soulèvent les montagnes.Vous constituez un exemple pour toutes les générations. Mieux, vous les réconciliez. Vous êtes la preuve vivante que la jeunesse n'est pas une question d'âge.
C'est pourquoi aujourd'hui, je ressens une immense gratitude pour vous, pour ce que vous représentez et pour l'ampleur de votre vision pleine de bon sens.

Merci. Merci pour cette pépite, pour cet héritage qui à lui seul justifie une vie. A nous d'en faire bon usage désormais.
El duende.

Stéphane Hessel
"indignez-vous" paru aux Editions montpelliéraines "Indigène" en 2010